Si tu vas à Rio…

Nous sommes le 26 septembre, il est exactement 22h 05 minutes et 35 secondes et je viens de recevoir dans ma boite mail la confirmation de ma réservation d’un vol Aller/Retour Santiago-Rio de Janeiro. Il serait vraiment malheureux de quitter l’Amérique du Sud sans avoir posé le pied dans la ville brésilienne de tous les fantasmes : plages de sable fin, carnaval, nuits endiablées, le Pain de Sucre, le Corcovado, les favelas, le bikini, la plastique parfaite des Brésiliennes,…

Deux mois plus tard, à seulement deux jours du départ, je me décide à faire un tour sur la page dédiée au Brésil sur le site du Ministère des Affaires Étrangères Françaises. Quelle ne fut pas mon erreur…

Voici un extrait des quelques recommandations, made in France pour un séjour « sans encombres » à Rio de Janeiro :

« En raison d’une augmentation sensible et régulière de la fraude relative aux cartes bancaires à Rio de Janeiro, la plus grande vigilance est recommandée au moment des retraits en liquide. 

En effet, on constate que les cartes bancaires internationales sont clonées à l’occasion de retraits dans les distributeurs automatiques de billets. Les dispositifs installés par les fraudeurs dans les distributeurs enregistrent les données inscrites dans la puce électronique de la carte bancaire et un deuxième procédé (caméra, appareil photo, téléphone portable,…) est utilisé pour filmer le détenteur de la carte au moment où il tape son code secret.  

Pour éviter ces ennuis, il est conseillé de privilégier les agences pourvues de gardes de sécurité à l’entrée de l’établissement mais également de redoubler d’attention au moment de taper le code secret et de le cacher avec tout moyen à disposition afin que personne ne puisse l’enregistrer par le biais d’une caméra, appareil photo ou téléphone portable.

La plupart des sites touristiques sont à fréquenter avec précaution, en particulier le parc naturel de Tijuca et dans le centre, les quartiers de Santa Teresa, Lapa et Cinelândia. La plus grande vigilance est conseillée aux abords de la « Rodoviaria », gare routière de Rio, où sévissent des bandes non armées, mais très habiles.

Il est recommandé de ne se rendre au site du Corcovado qu’en groupe et d’éviter ses alentours. En revanche, l’accès au Pain de Sucre par télécabine est sécurisé. Eviter les quartiers historiques et commerciaux du centre ville qui sont déserts le soir et le dimanche. Eviter de longer, dès la tombée du jour, de nuit, au petit matin ou par mauvais temps, soit lorsqu’elles sont peu fréquentées, les plages de Flamengo, Botafogo, Copacabana, Ipanema et Leblon. Le bord de mer de Copacabana, là où la plage est le plus large, est particulièrement exposé, dans la mesure où la visibilité est médiocre pour les passants de l’avenue Atlantica.

Rechercher de préférence les hôtels dont le standing est suffisant pour offrir un service de sécurité fiable.

Il est rappelé qu’il est extrêmement dangereux de s’aventurer dans les favelas ou de s’en approcher.

Dans la mesure du possible, ne pas emprunter de nuit, les voies rapides desservant le centre (Avenida Brasil, Linha Amarela, ainsi que la Linha Vermellha qui relie Rio de Janeiro à l’aéroport international). En outre, il est recommandé d’éviter les transferts nocturnes entre Barra da Tijuca et le reste de la ville. »

Si on résume, si vous allez à Rio réservez une chambre dans un bunker gardé par deux unités du GIGN. Evitez d’aller bronzer sur les plages. Ne prenez pas le bus. Ne visitez pas les quartiers historiques et le centre ville. Et ne sortez jamais votre carte bancaire. Autrement dit restez bien tranquillement en France déprimant dans votre canapé ! Vous l’imaginez donc, c’est tendu comme un string brésilien que je suis parti… Surtout que dans mon sac il y avait tous les ingrédients pour me faire dépouiller : Réflex, MacBook et un portefeuille rempli de grosses coupures et d’une CB.

Pourtant j’ai bien failli ne jamais mettre le pied sur le sol brésilien… La raison ? Je n’avais pas emmené ma carte d’identité chilienne pendant le séjour de peur de l’égarer sur Copacabana ou en haut du Pain de Sucre ! Le passage à la douane chilienne a donc été quelque peu sportif. Après plusieurs allers et retours entre les postes de douanes et la Police de l’immigration et une phrase mythique : « Yo soy Francés por siempre » ! (traduisez : « Je serais toujours Français ») ils acceptent de me laisser embarquer dans l’avion. Bien évidemment, à ce moment je n’ai pipé mot de ma tentative, veine, d’importer du fromage et de la charcuterie française sur le sol chilien il y a quelques semaines.

Nous voilà donc rendu, quelques heure plus tard et une escale à Montevideo (Uruguay) à Rio de Janeiro. Le grand voyage de la paranoïa peut donc commencer !! Première étape se rendre dans le centre ville. Taxi, bus, pour quelle est la meilleure option ? Pas de bus en vue. Il faut donc aller affronter les chauffeurs de taxi aux portes de l’aéroport… « Español, Inglés, Francés ? » « Não ! » Ok, il va falloir improviser en Portugais. La solution, prendre le mot espagnol et remplacer les lettres « s » ou « c » par le son « ch ». Cela ne fonctionne pas à tous les coups mais permet de s’en sortir convenablement ! Finalement, après quelques négociations, nous montons dans un taxi direction Ipanema pour la somme de 80 reals/3 personnes (33 euros)…

Bientôt, la suite de notre séjour à Rio de Janeiro. Soleil, plages, favelas, fêtes, corruption, île paradisiaque, vous saurez tout !

Publicités

4 réponses à “Si tu vas à Rio…

  1. bonjour,
    Je voulais savoir comment se sont passer vos vacances du coup? Car je compte partir a Rio et Bahia en septembre. Mais avec tout ce qu’on raconte sur les forums . Je dois dire j’ai un peu peur dans le sens ou parait il qu’il n’est pas recommandable de sortir avec sac a main,reflexe… Cela vous êtes il arriver?
    Cordialement.
    Kanouzko

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s