Snapfly au Chile : LE RETOUR

Viernes 4 de noviembre, Santiago de Chile :

« Puta la wea », cela fait deux mois que je n’ai rien écrit sur ma vie chilienne. Et à vrai dire je ne sais pas quoi vous dire ! Bref*… J’ai bien un brouillon sur les « chilenismes » ou bien une lettre ouverte adressée aux Chiliens (en espagnol svp !!). Bref*… Qu’est-ce que je pourrai bien vous racontez ?

  • Que cela fait presque deux mois que j’ai ramassé mes pantalons et pulls pour enfiler ma tenue de combattant de grandes chaleurs : short, tongs, tee-shirt, lunettes de soleil,…
  • Que les 2kgs de fromage et saucisson français gentiment envoyés par ma famille ont été englouti par les douaniers chiliens (information confirmée après renseignements au Ministère de l’Agriculture…) sous prétexte que ces produits peuvent contaminer le pays… Oui je suis considéré à présent comme un terroriste culinaire !
  • Que j’ai mangé le foie gras le plus mauvais de ma vie en cours de « journalisme gastronomique »… Un mélange entre la pâté pour chat Whiskas et un pudding anglais ! J’aurais du m’en méfier. Il était écrit sur la boite : « Foie gras de Strasbourg »… Depuis quand à l’Est on gave les oies ?! Comme vous vous en doutez, venant de l’hexagone, je n’ai pas eu mon mot à dire dans le choix de ce cours. Et oui j’ai beau avoir une carte d’identité chilienne dans la case « Pays de nationalité » il y a ces maudites trois lettres : « FRA ».
  • Que mardi (9 novembre) je pars une semaine à Rio de Janeiro profiter des charmes du Brésil : plages, soleil, bikini, filles (après moultes vérifications bien évidemment !)
  • Que la fête nationale (le 18 septembre) n’a aucun équivalent en France. Ou peut-être les Fêtes de Bayonne, qui n’est surtout pas une fête nationale (je vois déjà les Basques crier au scandale) ! Vous avez vu le film, « Le peuple migrateur » de Jacques Perrin ? C’est la même chose sauf que ce sont des millions de Chiliens qui se déplacent du Nord au Sud et d’Est en Ouest pendant un week-end à la recherche de la meilleure « fonda » (fête) du pays. Il va s’en dire que toute cette migration est fortement arrosée, pour ne pas dire alcoolisée… En quatre jours, les Chiliens multiplient par ?? (chiffre censuré pour ne pas heurter la sensibilité des plus jeunes lecteurs) leur consommation annuelle de Cristal et Escudo (entendez Kronembourg et 33 Export en France), de Pisco, de viandes grillées à la « barilla » (tonneau de métal coupé en deux servant de barbecue), de défilés militaire, de soupes de fruits de mer, de « cueca » (danse traditionnelle chilienne) et de choses plus folles les unes que les autres qui ne sortiront pas des frontières chiliennes.
  • Que j’enchaine les essais et les exposés sur la Corée du Nord, la Chine, la Birmanie,… Et que je commence à prendre goût aux régimes dictatoriaux !!
  • Que je viens de passer 4 jours à Pichilemu à faire mumuse dans l’eau avec ma planche. Instant report sessions pour ceux que cela intéresse. Week-end de 4 jours, houle de 2,5 mètres annoncée, vents faibles, soleil, pas de surf depuis 4 mois, aucun accès à internet sur place (sorte de cure de désinternetisation) : le calcul est rapidement fait j’achète un billet aller pour Pichilemu. Arrivé là-bas, un vent à écorner des vaches normandes, un plan d’eau en vrac qui me rappelle le 44, 60cm à la série,… Ok, la fiabilité des prévisions est à revoir ! Lendemain matin, le vent est mieux orienté et nettement moins fort, ça pris un peu de taille (1m) mais cette fois c’est mon cerveau qui est en vrac (surement l’effet auberge de jeunesse !!)… Ni une, ni deux j’enfile ma combi (4/3 cagoule car l’eau est fraîche), un petit coup de wax, séance d’échauffements sur la plage, un grand seau d’eau froide sur la tête et la première session chilienne peut enfin commencer. Les premiers take-off sont durs, très durs. Mais après une demi-heure et quelques mots échangés dans l’eau avec des locaux, je peux affirmer avec joie et émotion que « j’ai surfer ma première vague chilienne ». Ce qui est également ma vague la plus à l’Ouest et au Sud de ma vie. Bref*… Les cinq autres sessions se sont suivies (et pas forcément ressemblées…) avec une session finale magique. Seul au pic de La Puntilla avec pour seuls compagnons d’énormes pélicans, un bon mètre cinquante, glassy et des rides d’une longueur comme je n’avais jamais connu auparavant. Bref*… Un week-end qui laisse des douleurs dans les épaules et les abdos mais qui fait le plus grand bien… Pour ceux qui se demanderaient si j’ai trempé la board du côté de Punta de Lobos et bien : NON. Pour une reprise il faut rester humble je pense !
  • Que je collectionne les interviews de sénateurs, maires ou députés ou tournages de court-métrages qui s’en suivent d’interminables heures de montage vidéo. À vrai dire je commence à vraiment y prendre goût ! Vous aurez peut-être le droit à quelques unes de ces vidéos dans quelques temps.
  • Que je prépare mon périple d’un mois en Patagonie au mois de décembre. L’idée de partir seul avec le sac à dos, la tente, les chaussures de rando et la veste (très, très) imperméable était jusqu’alors en suspens. Mais suite à de nombreuses rencontres de personnes ayant été seules en Patagonie ou pouvant m’offrir le logis je valide cette option. Liberté, mobilité, facilité de rencontre de personnes, je n’y vois que des avantages ! Si toute fois, vous qui lisez ne savez pas quoi faire de votre Noël et Nouvel An et que vous avez toujours rêvé de découvrir la Patagonie, la porte est grande ouverte ou devrais-je dire l’aéroport est grand ouvert !!
  • Que je rentre en France dans cash deux mois et j’aime pas du tout ça…
Bref*… Je ne suis pas certain que le résumé de ma vie chilienne en 10 « Que » reflète réellement ces deux derniers mois  mais qu’importe…
*Bref… : Il parait que c’est à la mode en France. Donc pour rester IN je m’y mets aussi !
J’ajouterai un dernier « Que » :
  • Que le site Surfsession.com vient de faire sa mue après deux années d’existences. Une bonne raison d’aller faire un tour si vous n’y avez jamais été ou bien d’y rester fidèle si vous étiez déjà un socios de ce site. Un, deux, trois, à vos souris, cliquez : www.surfsessions.com
Publicités

Une réponse à “Snapfly au Chile : LE RETOUR

  1. je suis tombée sur ton blog par hasard en faisant des recherches car si tout va bien, je pars à santiago en juillet pour étudier dans la même fac que toi, je suis à la catho à angers. Y’aurait moyen qu’on se mette en contact pour que tu puisse me faire partager ton expérience ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s