El 4 de Agosto al Chile

Jueves 4 de agosto, 23:43 / Santiago de Chile (Providencia) : (Vous aussi vous avez remarquez que je commençais à devenir bilingue ?!) Harassé par les demandes quotidiennes de nouvelles de la part de mes lecteurs adorés, j’avais prévu de retranscrire de nouveau mes « pérégrinations » (expression de mon camarade @BlogoSurf à propos de mon blog). Mais le climat politique de ce jeudi 4 aout 2011 au Chili m’oblige à faire une petite aparté.

Ce n’est pas pour rien que je répète cette fameuse date du jeudi 4 aout 2011. Non pas parce que c’est le 216ème jour de l’année (217ème pour les années bissextiles), le jour du rattachement de la Bretagne à la France en 1532 (j’attends confirmation de la part des Bretons…), la date de l’arrestation d’Anne Frank par la Gestapo, les anniversaires de Thierry Roland et Barack OBama ou bien la dépénalisation de l’homosexualité en France (1982).

Mais parce qu’aujourd’hui au Chili il est en train de se passer quelque chose de grand. Les étudiants manifestent depuis plusieurs mois maintenant et veulent des solutions de la part de Sebastian Piñera, actuel président du pays. Le problème ? Une inégalité totale entre les établissements publics (70 par classe dans les collèges !) et les établissements privés (5 par classe dans mon université…). Cette situation on ne la retrouve pas seulement dans le milieu de l’éducation mais également celui de la santé.

C’est le grand paradoxe du Chili ! Tout est là dans ce pays :

  • Pays le plus riche de l’Amérique du Sud
  • Des infrastructures routières dignes de l’autoroute A7 de chez nous
  • Un accès aux nouvelles technologies comme il n’y a pas encore à Nantes
  • Des immeubles flambants neufs comme qu’on ne verra jamais à Paris (heureusement…)
  • Un Transantiago qui te permet de traverser la capitale chilienne sans prendre ta voiture
  • Des « Mall » (Centre commerciaux) comme je n’avais jamais vu
  • Des mines de cuivre énormes
Et à côté :
  • Des bidonvilles à perte de vue cachés derrière la colline San Cristobal
  • Des halls d’hôpitaux occupés par une ménagerie où même les lépreux n’oseraient rentrés (un peu gras désolé…)
  • Des collegios (établissements scolaires de 6 à 18ans) où les enseignants sont les moins bons élèves des universités
  • Des étudiants avec un des plus fort taux d’endettement au monde
Une Chilienne m’a même confié que dans un classement mondial de l’éducation on y trouvait le Botswana en dernière position et le Chili juste devant…
Le Chili est actuellement un pays à deux vitesses, les pauvres d’un côté et les classes aisées de l’autre. On peut trouver une explication historique à cela. Au début du régime « dictatorial » -appelé aussi « régime militaire »- de Pinochet (entre 1973 et 1990) la crise bat son plein au Chili. Pour réduire les dépenses de l’État, Pinochet adopte une attitude « libéraliste » en privatisant beaucoup de secteurs comme l’éducation et la santé. À présent l’Etat ne contrôle plus rien et le peuple chilien n’en peut plus…
Pour vous résumez en quelques mots la situation ce soir à Santiago c’est le « chaos » (selon la gérante du Bed and Breakfast de la Calle Rafael Cañas). Les étudiants affrontent les carabineros dans plusieurs quartiers de la ville mais principalement dans le quartier de Providencia où j’habite et étudie ! Ils ont visiblement les mêmes méthodes que nous : pavés, feu de poubelles, barrages routiers,… On rajoutera seulement le nombre important de masques à gaz dans les rangs des manifestants. Cela dit j’en aurais bien eu besoin lorsque le taxi dans lequel je me trouvais eu la bonne idée d’ouvrir les fenêtres pour encourager les manifestants. Je vous laisse imaginer le nuage de lacrymo qui a envahi l’habitacle de l’automobile de marque chinoise imprononçable.
Les carabineros -comprenez policiers- eux utilisent des méthodes de répression quelque peu plus violentes qu’en France. Pas de quartier, ils envoient les blindés avec des canons à eau dès la moindre escarmouche… Plutôt radicale comme méthode mais visiblement efficace !
Suite à l’appel de Camila Vallejo -présidente de l’organisation étudiante FECH- les gens sont sortis par centaines des immeubles et maisons avec des casseroles pour soutenir les manifestants et montrer leur mécontentement face au gouvernement.
N’allez pas croire que frapper sur des casseroles en famille dans la rue est un geste anodin pour les Chiliens et les Sud-Américains. Cette manière de manifester porte le nom de « Cacelorazo » (traduisez « coup de casserole »). Les Chiliens ont appelé de cette manière le régime militaire au secours lors du régime d’Allende.
Autre fait marquant de la soirée, l’incendie du magasin La Polar. Ce magasin vise les plus défavorisés mais est également au coeur d’une des plus grosses arnaques économiques de ces dernières années au Chili (Arnaque au grand magasin La Polar).
Ce point de vue est évidemment très personnel et extérieur au conflit. Mais à mon avis il est très (trop) facile de faire un lien avec les conflits étudiants/gouvernement des années passées en France sur la loi des universités lorsque l’on voit les dégâts de la privatisation de secteurs si importants comme la santé et l’éducation.
Pour compléter mon billet d’humeur je vous propose deux articles explicant le conflit et la politique de privatisation chilienne :
Pour finir, il serait tentant d’aller soutenir les étudiants dans leur combat ou de prendre des photos pour les vendre aux médias français qui visiblement ne s’intéressent que de très loin à ce conflit !! Mais je vous rassure je ne prendrais pas part aux manifestations ou alors de manière pacifique avec ma casserole à la fenêtre de mon appartement.
Publicités

Une réponse à “El 4 de Agosto al Chile

  1. Salut mon p’ti Poloño,

    Je tente de rattraper deux semaines de retard sur tes billets passionnants.
    En lisant ces lignes que tu écris, je regrette que nous aillons pas prit le temps de nous « masturber l’esprit » un peu plus quand tu es là. Peut-être à ton retour ? (souvenir d’une discussion à la terasse d’un resto in Marocco)
    Allez je continu de lire.

    A+ Amigo.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s